Contrefaçons

Co-commissaire au sein du collectif Contrefaçons 2013-2017

Collectif de commissariat d’e’xpositions et de projets culturels créé en 2013 à l’initiative d’étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art de Bretagne (EESAB) site de Rennes et du Master 2 Professionnel « Métiers et Arts de l’Exposition ». 
Membres fondateurs : Robin Garnier-Wenisch, Doriane Spiteri, Ekarat Tosomboon, Mélanie Villemot. 
www.contrefacons.org 

05.01.2017 – 10.02.2017
LUDI-CITE / PHAKT CENTRE CULTUREL COLOMBIER

Les collectifs Contrefaçons et Play full s’associent et ouvrent un lieu dédié aux jeux vidéos. 

Omniprésents, les jeux vidéos font évoluer nos relations sociales et notre rapport à la société. A l’ère des algorithmes qui régulent nos échanges, notre réalité quotidienne est déjà augmentée. Elle se glisse vers un espace dématérialisé, sectorisé en communautés définies par ses centres d’intérêt. 

Play-Full.net et Contrefaçons vous invitent à venir explorer l’idée d’une cité sociale et ludique. 

25.09.2015 – 21.11.2015
TERRITOIRE DES SONGES / PARCOURS METRANGE EXPOSITIONS

Carte blanche à Contrefaçons

Dans le cadre de la 12e édition du Festival Court Métrange, une carte blanche artistique est offerte au collectif Contrefaçons pour l’organisation du Parcours Métrange – expositions, un parcours d’expositions d’art contemporain réunissant 6 expositions, des performances et événements dans six lieux de la ville de Rennes. 

25.09.2015 – 16.10.2015
Project Room – Galerie Art & Essai

APEIRON, RIEN NE PERIT 
Angélique Lecaille 

Angélique Lecaille propose une installation en ouate de cellulose figurant un espace lunaire et intemporel. A l’image de l’Apeiron, pensée infinie et substance indéterminée d’après la pensée d’Anaximandre, l’ensemble des pièces présentées propose d’investir l’espace de l’exposition de la matière, de jouer sur le déplacement et la densité. Les oeuvres forment un paysage ouvert et lunaire, créant un contraste entre l’espace fermé et l’horizon. 

09.10.2015 – 24.10.2015
Le Praticable 

LES YEUX CARRES 
Samy El Ghassasy,
Jean-Benoit Lallemant, Pierre le Saint

Dans un monde où le réel s’appréhende chaque jour un peu plus au travers d’écrans multiples disséminés aux quatre coins de nos villes et de nos habitations, se pose la question de la place de l’artiste et de son intervention. Choisissant de ne pas feindre d’ignorer ces nouvelles sources de lumières, les artistes jouent de cette nouvelle façon d’envisager le monde et les échanges entre humains en proposant chacun une approche de ces nouveaux médias. 

09.10.2015 – 06.11.2015
Galerie du Crous 

FRACTALES 
Guillaume Coutances,
Lou Masduraud

Dans cette exposition, les œuvres des deux artistes dialoguent, se confrontent et produisent de nouvelles énergies. Alors que les œuvres de Guillaume Coutances racontent quelque chose du visage tout en devenant des vecteurs autonomes de sensations, Lou Masduraud présente un ensemble de sculptures sonores à la fois costumes de concert, décor d’une scène sans acteur et des accessoires performatifs dont l’utilisation reste fictionnelle. 

22.10.2015 – 21.11.2015 
Lendroit éditions 

IMPOSSIBKK DREAM
Pisitakun Kuantalaeng

Pisitakun Kuantalaeng vit dans ce qu’il nomme son « cauchemar réalisé ». L’artiste thaïlandais imagine une machine métaphorique permettant d’envoyer dans le passé les partisans de la chanson « Le Rêve Impossible » commandée par la famille royale thaïlandaise en 1969. S’appuyant sur des événements historiques avec des anciennes affiches de propagande, l’artiste interroge les rêves utopistes dessinés par les détenteurs du pouvoir, transformant le réel à leur image. 

26.10.2015 – 13.11.2015
Project room – Galerie Art & Essai

JE NE SUIS PAS SURE D’ÊTRE LA
Caroline Molusson

Avec son installation sonore intitulée Ronde de nuit, Caroline Molusson invite à la contemplation. Découlant de réflexion sur la perception, le travail de l’artiste entraîne le spectateur à travers ses sensations, questionnant le rapport que nous entretenons à l’espace et à notre propre corps. La performance qu’elle réalise interroge l’émotion et l’intime à travers la suspension, les arrêts, les silences. Le mouvement comme parole du corps est alors mis en jeu. 

12.10.2015 – 19.10.2015
Le CUBE – Hall du TNB 

PROGRAMMATION VIDEO 
Caroline Molusson, Julien Prévieux

Ces vidéos explorent un terrain où l’imagination coexiste avec le réel. En surchargeant le film de James Bond The World is not enough par des effets spéciaux, Julien Prévieux augmente la réalité fictive et accentue l’état illusoire du cinéma. Cette capacité de post-production propre au cinéma, est renversée dans les vidéos de Caroline Molusson qui cherchent à faire glisser la fiction dans le réel en matérialisant un espace imaginaire. 

07.05.2014 – 13.05.2014
TAILLE UNIQUE [Printable] 0.1

Galerie du 48, Rennes. 

Ce projet consiste en site internet où des oeuvres peuvent être téléchargées librement et une série d’expositions dans lesquelles ces oeuvres prennent formes. En invitant des artistes à travailler sur le format A4, ce projet vise à interroger notre rapport à l’oeuvre à l’époque du numérique et des échanges de données et ainsi à repenser les notions d’original et d’authenticité. 
Cette première exposition prend la forme d’une soirée de lancement durant laquelle des œuvres d’artistes sont imprimées et installées en direct.

Artistes présentés : Coline Charcosset, Pete Deevakul, Claire Ducène,
Molly Garner, Tada Hengsapkul, Léa Hodencq, Quentin Lannes, Anaïs Pien-Reydellet, Subpurit Submuang. Performance de Damien Marchal.

08.11.2014 – 09.11.2014
TAILLE UNIQUE [Printable] 0.2

Dans le cadre du Salon Multiples. Les Moyens du Bord, Morlaix. 

Artistes présentés : Coline Charcosset, Pete Deevakul, Jorg Geismar,
Chloé Larher, Fanny Legrand, Anaïs Pien-Reydellet, Pitchanan Sornyen. 

www.taille-unique-printable.tumblr.com 

24.09.2014 – 28.11.2014
MODES OPERATOIRES

Une exposition, des conférences, et une édition organisées par le collectif Contrefaçons en partenariat avec Vivarium dans le cadre de la Biennale OFF de Rennes. 

A travers le point de vue des artistes, commissaires, critiques, chercheurs et spectateurs, « Modes opératoires » propose de rendre visible et conscient le processus de formation documentaire et de nourrir une réflexion sur les nouveaux rapports entretenus entre l’oeuvre et le spectateur. 

24.09.2014 – 11.10.2014
Atelier Vivarium

DEONTOLOGIE DU PHOTOCOPIEUR
Benjamin Collet et Pierre Gaignard

Après avoir collaborés à un projet de résidence intitulé « Etudes pour un Multiplex Décomplexé », chez Néon à Lyon, les deux artistes conçoivent pour Contrefaçons des pièces singulières, de manière autonome, qui entrent en résonance lors de l’exposition. 
Considérnt l’oeuvre comme partie prenante d’un imaginaire collectif, cette exposition vise à interroger la notion de réactivation comme une appropriation passant par la réinterprétation. Détachés de toute considération de propriété, les artistes présentent des œuvres qui s’établissent comme de potentielles actualisations d’objets assimilables par tous et proposent ainsi une installation liée à une certaine fiction d’exposition. 

27.09.2014 – 17h30
FRAC Bretagne 

THE LAND WHERE MOUNTAINS FLOAT
Pierre Gaignard 

Projection de film. 
Terlingua est une petite ville fantôme de l’ouest Texan plantée au milieu du désert. Chaque année lors de championnats internationaux de chili con carne, on y couronne un nouveau roi. Sans pouvoir et à la tête d’un peuple indiscipliné, il tente d’y maintenir un semblant d’ordre. 

CYCLE DE CONFÉRENCES

Conférence 1/3 – 23.10.2014
EESAB site de rennes

Les expositions documentaires : comment reconstruire une expérience esthétique? 

Charleyne Boyer – Artiste et doctorante en Arts Plastiques à l’Université Rennes 2. La documentation scientifique a trouvé sa place dans certaines démarches artistiques. La mise en parallèle de deux approches, celles du duo Art Orienté Objet et de Marta de Menezes, permet de rendre compte du passage de la documentation scientifique à l’oeuvre d’art. 

Julie Portier – Journaliste, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante. 
Dans un monde rempli do’bjets, il a choisi de ne pas en ajouter. Ses sculptures sont des images de sculptures. Son oeuvre immense, pour ne pas dire infini, est une collection. La documentation n’est pas le seul mode de visibilité de ses sculptures in-situ, mais leur seule condition d’existence. Retour sur l’oeuvre réel de l’artiste fictif d’Alexandre Lenoir (actif dans les années 1990 au sein de la Collection Yoon Ja & Paul Devautour). 

Conférence 2/3 – 06.11.2014
PHAKT – Centre culturel Colombier

La photographie d’exposition, entre documentation et fiction

Nathalie Boulouch – Maîtresse de conférences en Histoire de l’art contemporain et photographie à l’Université Rennes 2, directrice des Archives de la critique d’art (Rennes). Identifiée en tant que genre de la photographie appliquée et étudiée depuis peu par les historiens de l’art, la « vue d’exposition » suscite aujourd’hui une attention qui la place au centre de l’écriture de l’histoire des expositions. 

Nyima Leray – Photographe d’expositions et d’événements culturels. 
Ce qu’on appelle « photographie d’exposition » recouvre des pratiques diverses et désigne des formes variées. La spécificité du contexte d’exposition, l’objectif de la commande, le statut du commanditaire, la nature des oeuvres exposées sont autant de paramètres qui influent sur la construction de l’image et son appréciation. 

Conférence 3/3 – 13.11.2014 
Musée des Beaux-Arts Rennes
Le reenactment, entre réactualisation et réappropriation 

Johanna Renard – Doctorante en Histoire et Critique des Arts à l’Université Rennes 2 
Rejouer la danse pour la caméra : de la fabrique des images de Trio A d’Yvonne Rainer. On résume souvent le travail de la chorégraphe américaine Yvonne Rainer à une seule danse, Trio A, performée pour la première fois en 1966 à la Judson Church à New York. L’aura de cette pièce est fortement tributaire du film produit en 1978 par Sally Banes. 

Silvia Carboni et Jeanne Dantin – Etudiantes de la promotion 2014 du Master « Métiers et Arts de l’Exposition », à l’Université Rennes 2. 
Retour sur l’exposition Michael Asher « Unvailable » réalisée en mars 2014 à la Galerie Art & Essai et à la bibliothèque centrale de l’université rennes 2 dans le cadre du Master 2 « Métiers et Arts de l’Exposition ». Elles reviennent sur les choix qu’ils ont fait pour exposer, deux ans après sa disparition, le travail de cet artiste conceptuel. 

EDITION 

Troisième volet du projet « Modes Opératoires », cette édition est pensée comme un outil de réflexion sur le reenactment et la documentation d’artistes. Rendant compte de l’exposition « Déontologie du photocopieur » et du cycle de conférences, cette publication rassemble également des textes critiques permettant de nourrir une réflexion sur le transfert de la condition matérielle d’une oeuvre à sa condition documentaire. Cette publication se présente comme un objet composite à deux faces, exposition et commentaires, outils d’analyses et d’expériences en deux formats.

 

12.12.2013 – 15.12.2013
KARA.KE

Installation sonore participative et ensemble de performances. 

Phénomène de masse typique d’une époque, le Karaoké permet à chacun d’interpréter des chansons reconnues. Ces interprétations sont représentatives d’une démocratisation de l’art populaire : la chanson intègre la mémoire collective rejoignant ainsi la musique traditionnelle. Il s’agit alors d’exprimer un héritage commun associé à une culture nationale ou régionale, une tradition géographique ou époquale. 

Zoé Beaudouin, Jean-Victor Boyer & Paul-Henri Coulm,
Valentin Gabelier & Brieg Huon, Jean-Félix Hautbois,
Pierre-Marie Le Corre, Anouck Montreuil.